Testimonio de una detención Estudiante de Sociología de la Universidad de Valparaíso Chile

Lire la traduction en farnçais plus bas

Testimonio de mi detención »

Cristian Andrade Cárdenas

Estudiante de Sociología de la Universidad de Valparaíso

Ex Secretario General de la Federación de Estudiantes de la Universidad de Valparaíso, 2009-2010

Chile no va a seguir siendo el mismo luego de las grandes movilizaciones en las que han participado cientos de miles de chilenos que exigimos cambios substanciales en la educación e institucionalidad política del país. Se ha roto con el conformismo y se ha abierto la esperanza de que otro Chile más justo y democrático es del todo posible. La elite gobernante ha mostrado su desesperación e incapacidad de dar respuesta a las demandas planteadas y no se ha movido un solo centímetro en la defensa de un modelo sustentado en la idea del beneficio individual y la ganancia privada. Los estudiantes en esta lucha no estamos solos, nos apoyan cientos de miles de chilenos que consideran que el Estado debe asumir un rol más protagónico en la realidad nacional.

Los días 24 y 25 de agosto la CUT convocó a un paro nacional que demandaba cambios estructurales en el país. En Valparaíso se reunieron cerca de 50 mil personas que salieron a marchar desde Plaza Sotomayor hasta el Congreso Nacional. Una vez concluida la movilización fui detenido en Valparaíso a las afueras de la Facultad de Ciencias Económicas y Administrativas de la UV. En este contexto, un grupo de alrededor de diez carabineros me detuvieron y trasladaron a un bus policial entre medio de golpes de pies, puños y bastones. Al interior del carro policial, siendo el único detenido en aquel momento, fui recibido por otros policías de Fuerzas Especiales quiénes propinaron golpes y empujones que me arrojaron al suelo. Posterior a este hecho, procedieron a pararse sobre mi espalda mientras otros carabineros me agredían con patadas en los costados y extremidades mientras era insultado constantemente. Al cesar estas agresiones me esposaron de manos y me llevaron al fondo del bus policial, donde fui sentado e inmediatamente dos carabineros me golpearon en reiteradas ocasiones en el rostro con sus puños. Cuando esto ocurría otros funcionarios que no participaban directamente de tal acción me reconocieron como dirigente e instaron a continuar con los golpes, añadiendo que debía hacerme responsable del movimiento estudiantil y pagar el costo de las protestas. En este contexto hicieron amenazas en contra de mi persona y entorno familiar en el caso de seguir participando en la movilización que llevan adelante los estudiantes chilenos o denunciar las agresiones a las que estaba siendo sometido.

Después de un rato, un tanto mareado por los golpes recibidos y estando aún esposado en el fondo del bus policial, uno de los carabineros hace ingreso con una polera que amarraron cubriendo parte de mi rostro y me fotografiaron en dos oportunidades para luego retirarla y llevársela. Vale destacar que mientras el carabinero de FF.EE. efectuaba este montaje mantenía un intercambio de opiniones con otro efectivo, al parecer de mayor jerarquía, en torno a los cargos de los cuales me iban a responsabilizar para asegurarse de recibir una sanción grave. La forma en que finalmente se resolvió la acusación fue arbitraria y contradictoria.

Pasado unos minutos, entra otro funcionario de carabineros quien se acerca a mí observando la herida abierta en el lado derecho de mi cara producto de los golpes recibidos. Procede a tomar una bomba lacrimógena de mano la que acciona sobre un paño mojado el cual pone fuertemente sobre mi nariz y boca en tres ocasiones. Luego, percatándose de los efectos ocasionados por el químico, frota el mismo paño sobre mi herida con la clara finalidad de producir dolor, irritación y más daño. Esta acción en ningún caso fue cuestionada por alguno de los seis funcionarios presente en ese momento, por el contrario, fue motivo de burla el verme inmovilizado y bajo los efectos del químico aplicado. Como si esto no fuera suficiente, otro de los efectivos policiales toma un limón partido y lo frota sobre la herida, vanagloriándose de la posición de autoridad en la que él se encontraba en ese instante.

Todo lo antes descrito se realizó siendo yo el único detenido en ese bus de FF.EE. en donde además se hizo hincapié a la necesidad de completar el formulario que detallan mis datos y los motivos de mi detención a pesar de mi petición de realizar ese procedimiento en la comisaría. Una vez terminado esto, se hace lectura de los motivos de mi detención encontrándome con la sorpresa de que la acusación que se me presenta correspondía a una cuestión totalmente ajena a la realidad, situándome en un lugar distinto de donde fui detenido y cometiendo acciones que jamás cometí. Por este motivo es que no acepté firmar dicha acusación a pesar de las presiones dirigidas para que lo hiciera.

El bus continuó su marcha y en su paso sumó doce compañeros más que fueron detenidos. Sólo llegando la 2ª comisaría de Valparaíso quitaron las esposas de mis manos, nos bajaron del bus policial y cumplimos con el procedimiento de rigor. Nos llevaron esposados, esta vez a todos, a constatar lesiones al Hospital Van Buren. Las lesiones que fueron constatadas son heridas, erosiones y hematomas en piernas, espalda, brazos y cara.

Todo lo antes descrito demuestra la forma inhumana y desconsiderada con la que actuó carabineros, quienes demostraron no tener limitaciones a la hora de calumniar, humillar y agredir.

Me es difícil considerar este hecho de manera aislada, más cuando ha salido a la luz pública el asesinato de Manuel Gutiérrez y el allanamiento del domicilio de la alcaldesa Claudina Núñez en Santiago. Y en Valparaíso se han levantado acusaciones de apremios ilegítimos por parte de Carabineros de Chile en contra de estudiantes y también casos de claro montaje como el de Marco Trigo, egresado de Teatro de la UV, con quien estuve detenido en la 2ª Comisaría de Valparaíso.

Da la impresión que situaciones como esta sólo buscan amedrentar y detener la lucha que lleva adelante el pueblo de Chile. Sin embargo no se percatan que nuestra convicción y fuerza puede más que el temor que quieren propagar a través de la persecución, agresión y criminalización hacia los que queremos un país distinto. Hoy más que nunca no podemos abrirles paso a quienes añoran con nostalgia los días más oscuros de la historia de Chile por lo que es responsabilidad de todos denunciar hechos como estos para que no vuelvan a ocurrir.

Traduction:

Témoignage de mon arrestation  »

Andrade Cristian Cardenas

Étudiante en sociologie à l’université de Valparaiso

Ancien secrétaire général de la Fédération des étudiants de l’Université de Valparaiso, 2009-2010

Le Chili ne sera pas rester la même après les mobilisations de masse qui ont participé à des centaines de milliers de Chiliens qui exigent des changements substantiels dans l’éducation et la politique institutionnelle. Il a rompu avec la conformité et a ouvert l’espoir qu’un autre plus juste et plus démocratique, le Chili est à la mesure du possible. L’élite dirigeante a montré son désespoir et son incapacité à répondre aux demandes et n’a pas bougé d’un pouce dans la défense d’un modèle basé sur l’idée d’un bénéfice individuel et le gain privé. Les étudiants dans cette lutte ne sont pas seuls, nous appuyons des centaines de milliers de Chiliens sont d’avis que l’État doit assumer un rôle plus important dans la réalité nationale.

24 et 25 août de la CUT a appelé à une grève nationale qui a exigé des changements structurels dans le pays. A Valparaiso, a rencontré environ 50 mille personnes sont venues à mars de la Plaza Sotomayor au Congrès. Après la mobilisation a été arrêté à Valparaiso à la périphérie de la Faculté d’économie et UV administrative. Dans ce contexte, un groupe d’une dizaine de policiers m’ont arrêté et est allé à un bus de police entre les coups de pieds, poings et de bâtons. A l’intérieur de la voiture de police, étant la seule personne arrêtée à ce moment-là, j’ai été accueilli par d’autres officiers des forces spéciales qui ont battu et poussé il m’a jeté au sol. Suite à cela, a procédé à tenir sur mon dos alors que la police d’autres m’ont agressé à coups de pied sur les côtés et aux extrémités, tout en étant insultée en permanence. En arrêtant ces attaques contre moi menotté et m’ont emmené à l’arrière du bus de la police, où j’étais assis et immédiatement deux policiers m’ont battu à plusieurs reprises au visage avec ses poings. Lorsque cela s’est produit d’autres responsables ne sont pas directement impliqués dans cette action m’a reconnu comme un leader et a exhorté à continuer de battre, ajoutant qu’il devrait prendre la responsabilité du mouvement étudiant et payer le coût de la protestation. Dans ce contexte, proféré des menaces contre ma personne et l’environnement familial dans le cas de continuer à participer à la mobilisation menée par des étudiants chiliens et dénoncer les agressions subies à laquelle il était soumis.

Après un certain temps, un peu de vertige les coups et tout menottée à l’arrière du bus de la police, l’un des policiers a fait d’entrée avec une chemise qui liait couvrant une partie de mon visage et a été photographié à deux reprises, puis l’enlever et de le prendre . Il est à noter que si la SOF mousqueton effectuer cette Assemblée a tenu un échange de vues avec d’autres espèces, apparemment supérieurs, sur les accusations dont je serais responsable de s’assurer que vous recevez une peine sévère. La façon dont a été finalement décidé de l’accusation a été arbitraire et contradictoire.

Après quelques minutes, arrive un autre policier qui vient à moi regardant la plaie ouverte sur le côté droit de mon produit face à des coups reçus. Produit de prendre une bombe lacrymogène dans la main qui agit sur un chiffon mouillé qui met dur sur mon nez et la bouche à trois reprises. Puis, remarquant les effets causés par les produits chimiques, frotter le linge sur ma blessure dans le but évident de provoquer des douleurs, des irritations et des dommages. Cette action en aucun cas a été interrogé par un des six officiers présents à l’époque, cependant, a été raillé le ver immobilisé et sous l’influence de produit chimique appliquée. Comme si cela ne suffisait pas, une autre partie de la police prend un citron et le frotter sur la plaie, se glorifier dans la position d’autorité dans laquelle il était à ce moment-là.

Tout a été décrit ci-dessus fait j’étais la seule personne arrêtée à la SOF de bus où il a également souligné la nécessité de compléter le formulaire détaillant mes données et les raisons de mon arrestation, malgré ma demande pour effectuer cette procédure à la gare. Une fois cela terminé, il est lire les motifs de mon arrestation surprise de constater que l’accusation a présenté à moi était d’une action totalement déconnectée de la réalité, située dans un lieu autre que celui où j’ai été arrêté et n’a jamais commis commis. Pour cette raison, ne sont pas d’accord pour signer une telle accusation, malgré les pressions ordonne de le faire.

Le bus a continué sur leur chemin et a ajouté plus de douze compagnons ont été arrêtés. Seule la 2e venue du Valparaiso police a retiré les menottes sur mes mains, nous sommes descendus du bus et la police se conformer à la procédure de rigueur. Ils nous ont menottés, cette fois à tous, afin de documenter mes blessures à l’hôpital de Van Buren. Les blessures sont des blessures qui ont été observées, les érosions et ecchymoses sur les jambes, dos, bras et du visage.

Tout décrit ci-dessus montre comment agir irréfléchie et inhumaine que la police, qui a prouvé ne pas avoir de limites quand il s’agit de calomnies, de rabaisser et d’attaque.

Je trouve qu’il est difficile de considérer ce fait dans l’isolement, mais quand il viennent à la lumière publique de l’assassiner de Manuel Gutierrez et rechercher les maisons de Santiago maire Claudina Núñez. Et à Valparaiso ont soulevé des allégations de mauvais traitements par la police contre les étudiants du Chili et aussi des cas de design clair et le Trigo Marco, un diplômé de théâtre dans l’UV, avec qui j’ai eu lieu dans la station de police de 2ème Valparaiso.

Il semble que ce genre de situations regarder juste pour intimider et faire cesser les combats menés par le peuple du Chili. Cependant ne réalisent pas que notre conviction et la force ne peut répandre la peur par défaut de poursuite, l’agression et à ceux qui veulent criminaliser un pays différent. Aujourd’hui plus que jamais nous ne pouvons pas faire de la place pour ceux qui aspirent avec nostalgie les jours sombres de l’histoire du Chili et il incombe à chacun de signaler de tels faits ne se reproduisent pas.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s