FRANCE AMERIQUE LATINE MAGAZINE N°104

FRANCE AMERIQUE LATINE MAGAZINE N°104
 
ACTUALITES
¨ Le procès contre la junte chilienne à Paris, p.5Malgré la mort, en 2006, du Général Pinochet, jamais condamné, un procès a enfin eu lieu fin 2010 devant la cour d’assises de Paris – la plus haute juridiction criminelle française –, mettant en accusation plusieurs hauts responsables de la junte militaire chilienne. Retour sur ce «procès historique, emblématique et Universel» avec Renata Molina.
 
¨ Brésil : Thyssen-Krupp Vs. les habitants de la Baie de Sepetiba, p. 7
DOSSIER
OSER AFFRONTER L’EXTRACTIVISME p. 13
Depuis les années 2000, l’accélération des projets d’exploitation des « ressources naturelles » en Amérique latine est d’une ampleur sans précédent. Mines, puits de pétrole et de gaz, barrages hydroélectriques, monocultures agricoles et forestières, élevages industriels, concessions marines, etc., – l’extractivisme avance sans cesse sur de nouveaux espaces, en détruisant les écosystèmes et la santé des populations, en privatisant les territoires, en déstructurant les liens sociaux, en bouleversant les cultures et les activités traditionnelles. Les conflits «socio-environnementaux », qui éclatent face à cette situation d’urgence, sont aujourd’hui parmi les conflits sociaux les plus importants (au Pérou, pour ne donner qu’un exemple, ils représentent plus de la moitié de tous les conflits actifs). Les mouvements populaires, qui se forment dans ces conflits, n’établissent pas de hiérarchie entre le social et l’environnemental. Non seulement ils osent affronter, dans un combat inégal, les entreprises et les pouvoirs en place, mais ils questionnent aussi le modèle, tout en inventant de nouvelles formes d’organisation, d’action et de pensée. Leurs problématiques ne sont pas si éloignées des nôtres. La demande de matières premières et d’énergie ne décroît pas, et l’extractivisme ne s’arrête plus aux frontières des pays « en voie de développement ». Connaître les réalités et les combats de ceux qui, de l’autre côté de l’Atlantique, refusent de supporter le coût du métabolisme de notre société, nous pousse aussi à nous interroger sur notre propre rôle.
 
Révolte des sacrifiés au « développement » p. 13Territoires et personnes sacrifiés sur l’autel du « développement national » et du bien-être du plus grand nombre : l’étendard du « développement » emporte l’adhésion de la majorité, en compensant la cruauté des sacrifices par l’horizon de la promesse. Mais les « sacrifiés » se révoltent et, au-delà des mots, dévoilent la réalité du « développement » – processus historique. Le choc des visions, autour de ce que doit être ce « développement » ou simplement la vie, éclate au grand jour. Au sein des mouvements populaires qui affrontent les projets extractivistes, prennent aussi racine des conceptions de la vie différentes, irréductibles à la seule logique économique. Par Anna Bednik
 
Se rencontrer, apprendre, construire et résister :
Expériences des assemblées socio-environnementales en Argentine p. 17
Depuis le début des années 2000, des centaines d’assemblées socio-environnementales et de collectifs se sont “autoconvoqués” dans toute l’Argentine pour s’opposer à l’avancée de l’extractivisme, notamment aux projets miniers. En 2006, est née l’Union des Assemblées citoyennes (UAC), une rencontre nationale dont le but est “d’articuler et de renforcer les différentes luttes”. Les assemblées de la UAC sont l’un des exemples emblématiques des formes d’organisation horizontale et autonome des mouvements socio-environnementaux latino-américains. Entretien avec Mirta Antonelli, enseignante et chercheuse à l’Université Nationale de Córdoba.
 
L’énergie : pour quoi et pour qui ? p. 20
Le Brésil a le troisième plus haut potentiel de production d’énergie hydraulique au monde. 30,9% «seulement » de ce potentiel est exploité actuellement. La construction de plus de 400 barrages hydroélectriques existants (dont 156 grands) a déjà expulsé plus d’un million de personnes de leurs terres et de leurs maisons. Il est prévu de construire 90 nouvelles centrales hydroélectriques d’ici 2016, pour une capacité de production de 36 834 MW, et jusqu’à 94 700 MW à l’horizon de 2030. Le Mouvement des Affectés par les Barrages (MAB) défend les droits des familles expulsées ou menacées, tout en posant la question du modèle de société.
 
Quatre tensions à affronter p. 22Absence de débat sur le modèle, difficile consolidation de nouveaux acteurs sociaux, effet de domestication des politiques sociales, nouvelle élite au pouvoir : Raúl Zibechi, écrivain et journaliste uruguayen, décrit sans détours les difficultés que doivent affronter ceux qui s’opposent à l’extractivisme, Pour lui, « le conflit, le débat social, est la seule chose qui peut nous faire sortir de ce modèle ».
 
EN IMAGES :
Mexique : Jalisco, chroniques de mort dt de luttes p. 24Ils habitent à proximité immédiate de Guadalajara, la deuxième ville du pays. Chez eux, c’est «la Silicon Valley du Mexique». Leur région est devenue un dépotoir, les habitants souffrent de maladies graves Lorsque, en 2008, un enfant meurt après être tombé dans l’eau toxique du fleuve, ils s’organisent pour, ensemble, faire face à cette «vocation industrielle» qu’ils n’ont pas choisie. «Un Salto de Vida» nous raconte son histoire.
 
ANALYSE
Pérou : Les asperges assoiffées du désert p. 27La vallée d’Ica, la plus aride du Pérou, concentre à elle seule 30% du volume des exportations agricoles nationales. Miracle économique ou chronique d’un désastre annoncé ? Epuisement de l’aquifère, pénurie sur le réseau d’eau potable, chute libre de l’agriculture locale… L’article d’Elif Karakartal fournit des pistes pour comprendre ce «nouveau Pérou (..), enfin prêt à se secouer des tares du sous-développement…
» (Mario Vargas Llosa).
 
CULTURE(S)
Bolivie : L’eau, un bien plus précieux que l’or p. 30
Le film Même la pluie aborde un sujet qui devient un enjeu vital: l’accès à l’eau potable. Ce film courageux nous aide à réfléchir à un conflit crucial de notre époque et aux moyens de résister ensemble à la privatisation d’un bien commun plus précieux que l’or.
Présentation par Cathy Ferré
 
Mais aussi
Une radio pour donner de la voix à celles et ceux qui ne l’ont pas (Bolivie), Décès de Monseñor Samuel Ruiz Garcia (Mexique), Verdict du procès contre les comuneros Mapuche (Chili), etc.

 

FAL  Magazine est une revue trimestrielle éditée par l’association France Amérique Latine. Toutes les informations et les sommaires des numéros parus : www.franceameriquelatine.org.Merci de faire parvenir par courrier un chèque à l’ordre de FAL : France Amerique Latine – 37 Boulevard Saint Jacques – 75014 Paris – France. Pour commander ce numéro ou l’un des anciens numéros : 40ans@franceameriquelatine.fr

Cet article a été publié dans Livres, mes coup coeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s