penser d’amour

Pensées d’Amour (Jacques Salomé)

 

La vie est une ardente amoureuse trop souvent esseulée.

 

Si vous savez l’accueillir , la bercer, la vivifier et la respecter,

 elle vous révèle alors tout son amour

Chaque amour est unique et ne peut être comparé à aucun autre.

Il ne peut servir de modèle à un nouvel amour.

C’est pour cela que tout amour est à inventer à chaque instant.

 

Tout amour naissant est fragile et sensible comme un prématuré.

Il conviens d’en prendre soin en étant à l’écoute de ses besoins

 et en même temps d’être suffisant confiant

pour accepter ses tâtonnements et ses errances.

 

Même si nul ne sait à l’avance la durée de vie d’un amour,

 il est des amours qui survivent à tous les risques,

 à tous les erreurs, à tous les violences,

On les appel des amours offrandes .

 

Etre amoureux, c’est  entre dans un tourbillon

de découvertes et d’émerveillement.

 

Etre en amour, c’est avoir trouvé le chemin

Pour aller vers le meilleur

De l’autre et de soi-même.

 

Tous les amours ont besoin  d’amour.

Non seulement de celui qui aime

Pour vivifier de celui qui est aimé,

Pour maintenir vivant l’amour qu’il reçoit.

 

L’amour est la seule richesse

Qui s’agrandi en se partagent.

En se partagent

Avec celui ou celle

Qui en est l’objet.

 

Dans une relation d’amour

Il faut être vraiment prêt à tout,

Un bonheur est si vite arrivé.

 

Il est des jours ou l’amour

Prenant toute sa place

Donne à chaque événement,

A chaque être sa place, à chaque être sa place juste

Dans l’espace apaisé de son existence.

 

On croit aimer quelqu’un pour sa personnalité,

Ses qualités ou sa beauté,

alors qu’on l’aime, je crois*pour ce qu’il touche

et réveille en nous.

Et réveille en nous.

 

Les êtres qui se sont sentis aimer

Dans leur enfance,

Aimes sans se sentir coupables

Ou redevables d’avoir été aimés,

 ont un ancrage au monde.

Ils ne cherchent pas leur racine

Dans la mouvance

Et l’aléatoires des rencontres.

 

Celui qui aime a des étoiles

Dans les yeux

Devrais étoiles

Qui ne sont pas

Le reflet

De celles du ciel, mais l’éclat de celles

Qu’il porte

Dans son cœur.

 

Certains attendent

Que le bonheur

Frappe à leur porte,

D’autres et j’en suis,

Préfèrent laisser

La porte ouverte.

 

Combien d’errances

Ai-je parcourues ?

Pour aimer tout de toi,

Sans retenue, sans réserve.

Pour aimer

Avec la totalité de moi,

Sans hésitation,

Sans peur.

Et  me souvenir, qu’avant ton amour,

Je n’étais rien, qu’un affamé égaré

 Dans un monde de solitude.

L’amour ne m’a pas rendu aveugle

Comme il est souvent dit,

Mais étrangement

Plus lucide, plus lumineux,

Plus rayonnant, plus voyant .

 

Avec son amour amplifiant le mien,

Nous pensions être invincibles.

Et nous le fumes

Durant de trop brèves années.

J’appel ce temps-là

Les années de notre amour.

Je pensais apprivoiser son absence,

Mais son absence

Ne s’est pas laissée apprivoiser.

 

Elle m’a laisser perdu et sans force

Au bord d’un chemin de vie

Dont je n’avais jamais en tendu parlé.

   

  

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s