Penal de Punta Peuco

Penal de Punta Peuco

Centro de Detención Preventiva y Cumplimiento Penitenciario Especial Punta Peuco, más conocido como Penal de Punta Peuco, (1995) es un complejo penitenciario chileno, ubicado en la comuna de Til Til, donde están detenidos militares y agentes del Estado implicados en violaciones a los Derechos Humanos durante la dictadura militar de Augusto Pinochet

El recinto cuenta con piezas individuales en cuatro módulos —«Alfa», «Beta», «Gamma» y «Delta»—, cada uno con living, cocina y ducha. Cada habitación tiene una cama de 1 y 1/2 plazas y baño con inodoro. Los internos pueden hacer ingreso de electrodomésticos y equipos de radio, televisores (con acceso a televisión satelital) y computadores. Existe un patio común, con módulos donde se realizan charlas, práctica de kinesiología y donde existe una biblioteca, además de una multi- cancha y cancha de tenis.

 

Pénale Punta Peuco Centre de détention préventive et de la conformité prison spéciale Punta Peuco, mieux connu comme criminel Punta Peuco (1995) est un complexe pénitentiaire chilienne, située dans la commune de Til Til, sont détenus militaires et agents de l’Etat impliqués dans des violations humaine pendant la dictature militaire d’Augusto Pinochet L’enceinte comporte des pièces individuelles en quatre modules – « Alfa », « Beta », « Gamma » et « Delta » – chacune avec salle de séjour, cuisine et douche. Chaque chambre dispose d’un lit de 1 1/2 places et salle de bains avec WC. Les détenus peuvent rendre les appareils de revenu et de l’équipement radio, les téléviseurs (avec accès à la télévision par satellite) et les ordinateurs. Il y a une cour commune, avec des modules où des conférences, la pratique de la kinésiologie et où il y a une bibliothèque sont faites, avec un terrain multisports et court de tennis.

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Film de Julien Previeux

http://www.previeux.net/html/videos/Patterns.html

 

Réalisation : Julien Prévieux

Production : galerie Jousse Entreprise
Production déléguée : Anna Sanders Films

Coproducteurs : Anna Sanders Films, 3e Scène de l’Opéra national de Paris, Nanterre-Amandiers / Centre dramatique national

Scénario : Grégoire Chamayou et Julien Prévieux

Danseurs :
Camille de Bellefon
Grégory Dominiak
Allister Madinµ
Ninon Raux
Yann Saïz

Voix : Crystal Shepherd Cross
Musique : Pierre Boscheron

Directeur de production (tournage): Michaël Berreby
Directrice de production (post-production) : Tiana Mille

1er assistant réalisateur : Michaël Berreby
Chef opérateur : Rémi Mestre
Chef électricien : Jocelin Delas
Chef machine : Paul Ghafoorian
Ingénieur du son : Bruno Ehlinger
Stylistes : Gwladys Duthil, Charlotte Winter
Maquilleuse : Karima Hemayani

1er assistant caméra : Étienne Mülle
2nd assistant caméra : Camille Gaborit
3e assistant caméra : Lola Rougier
Assistant électricien 1 : Pietro Rosso
Assistant électricien 2 : Stéphane Blum
Régie tournage : Marine Bernier, Cindy Gibier, Cédric Marie
Décor : Gaël Leroux, Tina Lin, Batiste Courtois, Fabien Lang, Mathieu Botrel, Maureen Beguin

Animalier : Georges Poirier
Montage image : Aël Dallier-Vega
Etalonnage : Thibault Petillon
Directeur technique : Jean-Philippe Badoui
Montage son / mixage : Bruno Ehlinger
Assistant montage : Esther Lowe
Traduction : Norbert Naigeon
Relectures : Tatiana Grigorenko

La rue : Isabelle Aburto, Ibrahima Barry, Béatrice Beuneken, Laurence Bortel, Bernadette Caille, Jean-Henri Calvet, Hélène Chabert, Marisa Commandeur, Vania Fernandes Ribeiro,Véronique Elvir Manville, Maria-Hélène Marchante Gil, Antonio Mendes Joao, Ariane Moudir, Mohamed Naote, Bertrand Pennou, Janine et Bernard Perraudin, Rosemine Safy-Borget, Gabrielle Savary, Manon Serees, Régis Theisgen, Nina Troussi

Avec la participation du CNAP Centre national des arts plastiques (avance remboursable) et du DICRéAM – CNC Centre national du cinéma et de l’image animée.
Remerciements chaleureux à Anouschka-Paris.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La vérité de Nazca

Les lignes de Nazca, la vérité que vous ne verrez jamais ailleurs et bien plus !

Voilà le genre d’affirmation récurrente que je retrouve à propos des lignes de Nazca. Je ne vous baratinerai pas, des explications il y en a plein ! Et saviez-vous qu’il existe d’autres géoglyphes sur la planète ?

Montagnes Plaine de Nazca, Pérou

Quelle théorie choisir pour les lignes de Nazca ?

Un géoglyphe c’est un grand motif à même le sol. Ici le boulot consiste à retirer les cailloux colorés par l’oxyde de fer pour laisser apparaître un sol clair.
Nazca est incrustée au milieu d’un désert de gypse. Il y a de quoi créer des lignes sur des kilomètres.

Sol clair chargé de gypse, désert de Nazca, Pérou

Vu du ciel, la rectitude et la proportion des lignes sont respectées

Lignes tracées désert de Nazca, Pérou

J’en ai un aperçu en passant du sol au mirador. C’est un travail colossal ! Mais c’est quoi alors ?

  1. Du Street Art précolombien fait par des artistes ambitieux et visionnaires ?
  2. Un calendrier astronomique pointant vers des constellations ?
  3. Des pistes d’atterrissage pour ovnis du passé ?
  4. Un calendrier agricole et piscicole antique ?
  5. Et pourquoi pas des signaux extra-terrestres ou des fresques divines !

Ce sont plutôt :

  1. Des figures invoquées par les chamans à coup de substances hallucinogènes, symboles destinés à recueillir la pluie des dieux ?
  2. Des chemins rituels tracés pour des processions cérémonielles ?
  3. Une cartographie géante des puits, aqueducs et sources souterraines au milieu du désert ?

Tony discute avec le guide à Nazca, Pérou

Les explications passionnées du guide me subjuguent. Il brise le mythe et nous donne sa vision du lieu en tant qu’expert et habitant.

Il a fallu en passer des heures dans le désert!

Lui dis-je, ravi d’écouter ses anecdotes. Ce n’était pourtant pas gagné…

Pour moi l’arrivée à Nazca c’est un unique taxi nous attendant au milieu de la poussière le long de la Panaméricaine. Le conducteur, également gérant d’hôtel nous lâche sur sa terrasse avec vue matinale sur les dunes alentours. Cool !

Nous sirotons un bon café, baissons notre garde émoussée par la fatigue du voyage et il en profite pour revendre ses tours à prix fort aux voyageurs crédules que nous sommes. Bien joué le commercial.

Route Panamericaine, Pérou

Pourquoi faire 350 dessins géants dans le désert?

Un gymnase est-il réservé à la pratique d’un seul sport ? Non ! Tout comme les lignes ne servaient pas qu’à une chose pour les nazcas.
D’autant qu’elles ne sont pas toutes du même lieu ni de la même époque. Alors pourquoi ?

Il faut avoir la foi pour survivre où il ne pleut qu’un quart d’heure par an

…et dans l’absence totale de vent !

Toute culture a ses croyances et les exprime. Que ce soit en priant, ou en arrachant le cœur d’un humain sur l’hôtel des justifications.
Les nazcas avaient les leurs et, comme tout humain, exprimaient leur foi au travers d’actes religieux. Les géoglyphes en font sûrement partie.

Astronaute dessiné, montagne Nazca, Pérou

D’ailleurs l’étude des sols a révélé des traces de gros rassemblements à l’intérieur de certaines figures géométriques tels les trapèzes.
Et les communautés nazcas contemporaines effectuent des processions sur les lignes d’un labyrinthe long de 4 km récemment découvert parmi les géoglyphes.

Ligne trapèze désert de Nazca, Pérou

Un environnement hostile tient l’esprit en éveil

Celui-ci redouble d’ingéniosité dans l’urgence d’une situation. Les nazcas l’ont prouvé en créant ces lignes par carroyage, armés de simples pieux et de cordes.

La majorité de l’eau potable se déplace par infiltration depuis les chaînes de montagne du désert. D’après certaines études les nazcas connaissaient parfaitement la cartographie de l’eau. Et comme leurs voisins Mochicas du nord, ils savaient acheminer l’eau grâce à des systèmes de canalisations élaborés.

Puits d'eau Nazcas, Pérou

Ils captaient l’eau des nappes phréatiques à l’aide d’aqueducs souterrains reliés à des puits profonds – les pukios – par des réseaux de tunnels.

Puit d'eau en spirale de Nazca, Pérou

Colibri désert de Nazca, Pérou

Un certain nombre de ces lignes seraient étroitement liées à la localisation de ces constructions. Comme le colibri qui pointe un puits géant avec son bec.

Les vérités indiscutables que je retiens de Nazca

Momie Nazca, Pérou

Vu le guide au rabais grassement payé pour nous montrer quelques momies et deux minuscules musées sans intérêt, une chose est sûre :

Il y a de jolies arnaques à éviter !

Heureusement, notre deuxième guide est bon. Il nous met à l’aise au musée de Maria Reiche, la chercheuse allemande qui consacra sa vie aux géoglyphes, et nous enchante sur les miradors.

Musée et  tombe de Maria Reiche Nazca, Pérou

Au retour nous déchantons en nous battant des heures pour éviter la carotte. Ils se foutent de nous à l’hôtel. Certaines de nos affaires disparaissent au lavage et ils cherchent à nous faire payer une nuit supplémentaire…

Malgré tout, j’arrive encore à réfléchir aux explications de notre super-guide.

L’eau et les lignes se mêlent dans une sacralisation bien légitime

Dans une des régions les plus sèches au monde,  il n’y a rien ; que le désert, les géoglyphes et l’eau. Remplacez les lignes par l’épice : ça ne vous rappelle pas le chef d’œuvre de Franck Herbert, « Dune » ?

Ma vérité :

  • Les rites religieux ne sont plus à prouver et que ce soit chaman en transe, processions ou rites enivrants, je suis prêt à tout croire. L’homme est capable de tout pour honorer « Dieu ».

Le singe Nazca, Pérou

  • La théorie de la carte de sources souterraines est étayée par des faits réels. Ces lignes avaient une utilité concrète, ce qui n’empêchait pas les nazcas d’y mettre les formes… artistiques. 🙂
  • Et je suis persuadé que d’autres significations nous échappent. Peut-être n’ai-je pas tout compris de l’espagnol parlé par mon guide.

Maria Reiche au milieu des dessins Nazca, Pérou

En tout cas je le comprenais bien avec les arnaqueurs de l’hôtel ! Le ton est monté.

Nous avons tenu bon et nous sommes partis sans payer, après avoir ébranlé leur croyance sur le côté pigeon des touristes.

Nous avons même réussit à dissuader quelques nouvelles bagpackeuses d’y séjourner…

Un millier de géoglyphes géants au Moyen-Orient

De la Syrie à l’Arabie Saoudite en passant par la Jordanie, voici les roues de pierre : plus vieilles, plus étendues et plus nombreuses que leurs copines de Nazca.

Roues de pierre du Moyen-Orient

Ce sont des amas pierres formant des cercles de 25 à 70 mètre de diamètre avec des rayons intérieurs. Souvent localisés dans d’anciens champs de lave, regroupés par centaines, ils n’ont jamais été fouillés !

2 000 ans d’existence et l’on ne sait pratiquement rien d’eux

Roue de pierre vues de haut

A part le fait qu’il en existe 3 sortes :

  • Les pendentifs, lignes de cairns partant des sépultures.
  • Les murs, qui serpentent dans le paysage sans raison apparente
  • Les cerfs-volants, en forme d’entonnoir, bien plus vieux que les cercles. Ils servaient à canaliser les animaux en masse lors de chasses gigantesques.

Cerf-volant antique pour chasser, Jordanie

En Arabie Saoudite, les rayons indiquent les directions du soleil levant et couchant.
Mais aucune autre utilité, hormis religieuse, n’a été trouvée aux «œuvres des hommes vieux» comme les appelles les bédouins.

Peut-être que tous ces géoglyphes possèdent une signification plus profonde. Les questions qu’ils posent montrent d’énormes lacunes dans la connaissance de notre histoire. Et les lignes de Nazca ne sont pas prêtes de dévoiler tous leur secrets.

Plan de Nazca avec ses hiéroglyphes

 

 

.http://www.travelplugin.com/nazca-les-verite-jamais-vu/#lightbox/12/

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le film Patterns of Life de Julien Prévieux

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ma rencontre avec Julien Previeux

11218870_10207713729901815_6885193079277367102_n

Quelque Atlasiennes du Nanterre-Amandiers / Centre dramatique national au Centre le jour de la remise de prix de Julien Prévieux, lauréat du Prix Marcel Duchamp 2014, Ce film a été réalisé à l’occasion de l’exposition personnelle de Julien Prévieux au Centre Georges Pompidou, du 22 septembre 2015 au 1er février 2016. »

Julien Prévieux, lauréat du Prix Marcel Duchamp 2014, s’intéresse depuis un certain temps au mouvement. Dans son film « What shall we do next ? », des gestes brevetés par des sociétés, notamment pour l’usage d’appareils électroniques futurs, sont interprétés comme des instructions chorégraphiques. L’invitation à participer à la «3e Scène» lui a permis de poursuivre cette réflexion avec des danseurs du Ballet de l’Opéra national de Paris.
Son film « Patterns of life » porte sur les manières dont les déplacements du corps ont été enregistrés et mesurés depuis les photographies visualisant des mouvements humains à la fin du XIXe siècle à l’aide de points lumineux attachés au corps. Dans six cadres différents, cinq de ces danseurs exécutent des chorégraphies à partir de protocoles et résultats scientifiques, pendant qu’une voix off fait allusion au contexte économique, militaire ou politique de chaque expérience.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mon experience théâtral formidable , nous sommes 100 habitants de Nanterre

Cette galerie contient 2 photos.

Galerie | Laisser un commentaire

Mon Atlas Révolution

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire